3 erreurs à éviter pendant le Startup Weekend

by

 

J’ai eu à suivre de loin la manière dont Startup weekend se déroule, alors, je viens vous donner des astuces pour sauver votre prochaine entreprise.

La route est longue avant de maîtriser parfaitement les rouages d’un startup weekend, et nombreuses sont les embûches que vous rencontrerez pendant votre voyage. En voici 3 principales à éviter :

supergroup-debout-de-beaucoup-de-gens-différents-72352761. Constituer une équipe trop nombreuse et ne pas savoir la gérer

Au moment des pitches, vous allez retenir 2 ou 3 idées que vous trouverez intéressantes. Mais avant de prendre votre décision, prenez en compte le nombre de participants de votre future équipe. Si vous êtes trop nombreux (plus de 10), c’est à double tranchant. Soit vous savez comment vous répartir le travail et là, vous tapez fort, soit c’est la bérézina. Le deuxième point est malheureusement plus fréquent que le premier. N’hésitez donc pas à questionner le porteur de projet pour connaitre ses intentions du weekend, s’il se sent capable de conduire une telle équipe.

 

2. Ne pas attaquer dès le vendredi soir

Un constat récurrent est de se dire «  on part après le repas du vendredi soir, et l’on attaque demain au petit matin ! ». Sauf que le petit matin du samedi signifie plutôt 9h à 10h et que vous commencerez réellement vers 10h30…Too late ! Vous aurez perdu un temps précieux qui fera déjà la différence. Prenez donc ce temps du vendredi pour vous présenter les uns les autres, exposer quelles sont vos compétences, vos visions du weekend, etc. Et pour les warriors, attaquez le brainstorming !

 

3. Vouloir trop fairePiou

La difficulté de ce genre d’exercice est la gestion du temps, d’où l’importance du rétro planning. Partir trop loin dans une solution au risque de se mettre en retard est une erreur connue des startup weekends. Prenez le temps d’approfondir votre solution plutôt que de décliner des dizaines de fonctionnalités qui seront incompréhensibles. Petit à petit l’oiseau fait son nid…

 

Votre ami, David Pax